Home » Itinéraires » Histoire et culture » La Terre des Peintres et de l’Artisanat Artistique

La Terre des Peintres et de l’Artisanat Artistique

La Terre des Peintres et de l’Artisanat Artistique

Des aventures des courageux chefs du lac Trasimène, il est temps de passer, en changeant de perspective, à ses grands artistes, est le premier d´entre eux est Pietro Vannucci, dit « Le Pérugin » (1450-1523). Originaire de Città della Pieve, Pietro Vannucci a été formé entre Arezzo et Florence, dans l"environnement de Piero della Francesca et dans l´atelier du Verrocchio, en travaillant côte à côte avec de jeunes talents tels de Léonard de Vinci, Domenico Ghirlandaio, Lorenzo di Credi, Filippino Lippi, Luca Signorelli et Sandro Botticelli. Le Vannucci deviendra plus particulièrement « Le Pérugin », surnom que lui donnèrent les florentins, uniquement à partir de janvier 1510, lorsqu’il ouvrit son atelier à Pérouse. Ses œuvres sont présentes dans les plus importants musées du monde. « L’Adoration des Magiciens » (Oratoire de Santa Maria dei Bianchi, 1504) se trouve à Città della Pieve. L’histoire est représentée comme un grand cortège chevaleresque qui se perd dans le lointain dans un des plus vastes paysages pensés par le Pérugin, où l’on reconnaît, même si idéalisée, la présence du lac Trasimène. À Panicale, on peut visiter « Le Martyre de San Sebastiano » (Église de San Sebastiano, 1505). La scène semble intentionnellement survoler sur les traces de sang, en proposant un saint en extase qui reçoit languissant des flèches, le regard orienté au Dieu bienfaisant.

Giovan Battista Caporali (Pérouse 1496-1560), architecte et peintre, fut l´élève du Pérugin et de Gianluca Signorelli.  On peut admirer de nombreuses œuvres de cet artiste au lac Trasimène, dont « L´Incoronazione di Maria » au Sanctuaire della Madone des Miracles de Castel Rigone, « La Madone avec enfant et anges » dit aussi « la Madone avec la rose » à la chapelle de l´hôpital de Castiglione del Lago, « L´Adorazione dei Magi » dans l´église de San Michele Arcangelo à Panicale, et la fresque sur l´autel majeur de l´église du Santissimo Salvatore à Paciano. Parmi ses autres projets importants, on compte la cathédrale dePanicale et la mairie de Pérouse.

Le nom de Niccolò Circignani dit il Pomarancio (1516 - 1598) est également fortement lié à ce territoire.  En effet, ayant déménagé à Castel della Pieve (aujourd´hui Città della Pieve) en 1563, il ne quitta plus la région où se trouvent toutes ses principales œuvres.

Parmi les fresques du Pomarancio qu´il est possible d´admirer dans le Sanctuaire de Mongiovino (Panicale), on compte « La Resurrezione ».

À Città della Pieve, presque toutes les églises contiennent ses œuvres,
à Castiglione del Lago le Palazzo Ducale della Corgna a été en grande parti peint par lui. « Giudizio di Paride » et « Storie dell´Eneide » sont des fresques sur des thèmes mythologiques dignes d´être mentionnés.

An autre peintre célèbre fut Tommaso di Cristoforo Fini, connu comme Masolino de Panicale (Panicale, 1383 – Florence, 1440). Considéré comme le maître de Masaccio, il voyagea beaucoup, diffusant la culture de la renaissance avec un style qui lia le gothique à de nouveaux schémas de perspective. Parmi ses œuvres, nous nous souviendrons de La Madonna avec l´Enfant, conservée à Brème, la Madonna dell´Umiltà, que l´on peut admirer aujourd´hui au musée des Offices à Florence, la décoration de la chapelle Brancacci, dans l´église du Carmine de Pise.

Autant le Pérugin aima l´harmonie classique, autant Gerardo Dottori (1884 – 1977), peintre futuriste, propose son art grâce à l´aéropeinture, et plus particulièrement en représentant des paysages mystiques, principalement inspirés du lac Trasimène et de l´Ombrie. Parmi les œuvres de Dottori présentes au lac Trasimène, nous nous rappelons les fresques et la toile dédié au frère Giovanni da Pian de Carpine dans la salle du conseil du palais communal de Magione ; les fresques au thème religieux dans les églises de Magione - San Giovanni Battista, San Cristoforo de Montesperello, Santa Maria Annunziata de Montecolognola - et d Tuoro, Santa Maria Maddalena.

En entrant dans le monde de l´artisanat artistique, le lac Trasimène possède son centre de plus grande importance à Piegaro, où l´activité du verre commença autour du XIIIème siècle, grâce à des ouvriers vénitiens venus sur place. À partir de la commande de grandes quantités de mosaïques par le Dome d´Orvieto, au cours des premières années de l´an 1300, le développement de la verrerie de Piegaro démarra, concentrant sa production sur des niveaux de très grande qualité : verres colorés et étaient utilisés pour orner les façades et les baies vitrées d´autres illustres cathédrale telles que celles de Pérouse, Milan et Bologne.

  • Degré de difficulté

Mappa