Home » Itinéraires » Histoire et culture » Terre de Paix, d´Amour et de Spiritualité

Terre de Paix, d´Amour et de Spiritualité

Terre de Paix, d´Amour et de Spiritualité

Le lac Trasimène est une terre où tout parle d´accueil et de chaleur et où au cours des siècles, des figures emblématiques ont laissé des traces indélébiles, exemples d´un sentiment profond d´amour, de paix et de spiritualité. Tout commença, selon la légende avec le prince Trasimène, fils du Roi Tirreno, éperdument amoureux de la nymphe Agilla qui vivant dans les eaux du lac.  Ils couronnèrent leur rêve d´amour et Trasimène n´hésita pas à se jeter dans les eaux pour rester avec elle pour toujours. Aujourd´hui encore, certaines nuits, on peut entendre les pleurs de la nymphe qui cherche son amour et les pêcheurs les plus anciens disent qu´occasionnellement une vague anormale se lève depuis le centre du lac, là où Agilla attendait Trasimène.

Un autre amour romantique et tragique que celui à cheval sur le XXème siècle entre la poétesse Vittoria Aganoor et le député local Guido Pompilj. Vittoria Aganoor arriva à Monte del Lago et dans ses vers, elle rapporta la beauté de ce lac et ses bouleversants couchers de soleil. Ce fut un amour passionnel, mais Vittoria tomba gravement malade et mourut. Pompilj s´occupa de la cérémonie funèbre avec de se suicider ; il laissa un papier expliquant qu´il souhaitait être enterré à côté d´elle.

Du théâtre des grandes amours à la terre des saints et de la spiritualité. Le lac Trasimène peut être considéré de manière idéale comme le centre géographique d´un itinéraire qui relie de nombreux « lieux de Saint François ». En partant d´Assises (Basilique, San Damiano, Eremo, S.Chiara), pour ensuite se rendre à Santa Maria degli Angeli (Portioncule) et Rivotorto (Sanctuaire). Sans oublier de se déplacer en direction de la Toscane, le Sanctuaire della Verna (Arezzo) où François reçu les stigmates et le Couvent delle Celle (Cortona). Au cours de ses pérégrinations, en1211 Saint Françoit arriva à l´île Maggiore à la recherche de solitude pour le carême : en souvenir, une église et un couvent furent construits et un rocher raconte encore aujourd´hui qu´on y trouve ses traces. En revanche, non loin de Castel Rigone une grande pierre naturelle est destination de culte que la tradition veut qu´elle ait été pour une nuit le lit du Saint. Et toujours à Castel Rigone, en parlant de spiritualité et de lieux reliés, se trouve le Sanctuaire della Madonna dei Miracoli, théâtre d´une apparition de la Madone. Considéré comme un des chef-d´œuvre de l´art de la Renaissance en Ombrie, il semblerait qu´il ait été projeté par Bramante vu les ressemblances avec la façade externe du Sanctuaire de Mongiovino (Panicale). Considéré comme le lieu de nombreux miracles suite à l´apparition de la Madone, le Sanctuaire de Mongiovino est retenu le meilleur exemple de décoration et de fresques de la seconde partie du XVIème siècle en Ombrie. Ayant coûté deux cents ans de travail, il s´agit « d´une immense œuvre d´art, en forme de croix grecque. Une architecture, conçue par Bramante en 1513, contenant des fresques dans chaque coin » (cit. E. Sgarbi) et « parmi les lieux les plus admirables d´Italie » (cit. V. Sgarbi).

C´est peut-être justement pour la beauté et le caractère sacré du lieu que le mouvement franciscain eut un large suivi dans la région du lac Trasimène et qu´il y fit des prosélytes. Parmi eux, un des premiers, fut l´explorateur et missionnaire frère Giovanni de Pian del Carpine né à Magione en 1200. Il passa dans l´histoire pour son dangereux et long voyage qu´il affronta en 1245 - précédent de quelques années Marco Polo - depuis la France jusqu´à l´actuelle Mongolie pour remettre un message de paix d´Innocent IV au Grand Khan.

Après quelques années et à quelques kilomètres de distance, le lac Trasimène fut le lieu natal de Santa Margherita, femme courageuse, au charme et à la force intérieure tels à être considérée comme la vraie fille spirituelle de Saint François. Elle naît en 1247 à Laviano (Castiglione del Lago) et après de tristes vicissitudes, elle s´établit à Cortona devenant franciscaine du Tiers-Ordre. Sa conversion est le fruit d´un repentir, comme une « Nouvelle Maddalena » (cit. Benoît XVI), survenue à proximité d´un chêne dit justement « du repentir », dans la localité I Giorgi (Castiglione del Lago).

En thème de paix, figure inoubliable pour son épaisseur et son exemple, Franco Rasetti, physicien, paléontologue et botanique, né en 1901 à Pozzuolo Umbro (Castiglione del Lago) où se trouve l´Association qui lui est dédiée et un buste en bronze en son honneur. Il était l´un des « garçons de la via Panisperna », physiciens guidés par Enrico Fermi, mais il abandonna la physique lorsque les études furent orientées sur les recherches militaires ; il consacra son engagement à des études naturalistes.

À ce propos, lieu de grande suggestion et de charme, le Campo del Sole à Tuoro sul Trasimeno : un souffle de paix dans le scénario de la Bataille du Trasimène, où le thème de la colonne fait de cette œuvre une sorte de Stonehenge de notre époque. Un jardin-musée, sur les rives du lac, gratuit, réalisé dans les années 80, où on peut admirer 27 sculptures en pierre serena, typique du lieu. L´œuvre, conçue par Pietro Cascella (parmi les artistes contemporains italiens et étrangers, également Giò Pomodoro), a été conçue comme un lieu de méditation qui résume en soi le désir de l´homme de dialoguer avec le ciel, compris comme l´Éternel.

  • Degré de difficulté

Mappa